logo

La récupération de données permet dans certains cas et sous certaines conditions de retrouver des informations perdues par effacement ou suite à un défaut du support utilisé.
Ce support peut être une clé USB, une carte SD ou Flash, un disque dur interne ou externe.

cleusb compfla
SD HDD
Lorsque que la perte de données est due à un problème d'effacement, qu'il soit du à un défaut électrique (coupure d'alimentation du disque ou retrait de la clé) ou à une fausse manoeuvre, il est, la plupart du temps et sous certaines conditions, possible de retrouver tout ou partie des données en utilisant des logiciels appropriés.

Lorsque la perte de données est du à un problème mécanique, (choc dans la plupart des cas et principalement pour un disque dur) la récupération de données bien que possible est plus aléatoire et nécessite la mise en oeuvre de processus très complexes, très onéreux et notamment le démontage du disque en salle blanche.

hddseagate

 

Afin de bien comprendre le pourquoi de ces aspects, nous allons ici détailler, sans trop approfondir, ce qu'est un disque dur et comment sont ecrites et effacées les données.

 

 
De l'exterieur, un disque dur se présente sous la forme d'un boitier compact, rigide, léger et totalement hermétique.
Les formats actuels les plus courament utilisés sont 3,5 pouces et 2,5 pouces (image ci contre).
extHJDD

 

De l'intérieur le disque dur se compose :

D'un jeu de plateaux ou disques magnétiques

D'un jeux de têtes de lecture/écriture magnétiques

D'un bras (actuator) suportant les têtes magnétiques

D'un moteur de positionnement du bras actuator

D'un moteur de rotation des plateaux magnétiques

D'une interface électronique embarquée


HDDint
Les plateaux sont des disques d'aluminium ou de plus en plus de verre ou de matériaux composites plus légers, dont l'état de surface peut approcher la perfection. Cet état de surface est indispensable à la fiabilité et la longévité du disque et de la conservation des données inscrites.
Ces plateaux sont recouverts sur leur deux faces d'un substrat magnétique.
platesitue
platedetail

 

Les têtes de lecture/écriture sont constituées par une microscopique bobine magnétique. Elles sont situées au bout du bras de positionnement (actuator) et survolent la surface des plateaux sans la toucher. La vitesse de rotation des plateaux, (5400 ou 7200 tours/mn dans les applications grand public), crée un film d'air qui maintient la tête en "vol" au dessus du plateau à une distance d'environ 15µm (0,000015 m)

Le moindre contact avec le plateau détruit à l'endroit du contact la très fragile surface magnétique. C'est ce qui se passe en cas de choc pendant le fonctionnement du disque.

En écriture la tête reçoit de l'électronique de controle un courant électrique qu'elle converti sur la surface du disque en flux magnétique.
A l'inverse en lecture le champ magnétique à la surface du disque va induire lors de son survole par la tête un courant électrique transmis à l'électronique de contôle.

tetesit
tetedet
home
RECUPERATION DE DONNEES PERDUES
Constitution d'un disque dur
RECUPERATION DE DONNEES PERDUES
Méthode d'écriture des données
Pour écrire les données, les têtes sont déplacées à la surface des plateaux. Les données sont écritent sur des pistes concentriques sur chaque face de chaque plateau. La position des têtes étant commune à toutes celles ci on représente virtuellement cette position par un cylindre. hddgeo

 

 

Sur chaque cylindre, les données sont réparties en secteurs. Chaque secteur lors de l'écriture d'un fichier sera repéré et classé dans une table enregistrée toujours au même endroit spécifique pour tous les processus d'écriture et tous les supports. Cette table est la table d'allocation des fichiers ou FAT (File Allocation Table). Depuis VISTA les systèmes utilisent la méthode NTFS (New Technologie File Système) et pour classer les fichiers une table MFT (Master File Table) qui rempli le rôle de la FAT. Le formatage d'un disque ou de quelque support que ce soit, revient à pré-marquer ces cylindres et secteurs afin de créer une MFT vierge.

 

   

Lorsque des données sont ensuite écrites sur le disque, la référence du fichier et des secteurs qui lui sont alloués est inscrite dans la MFT.

Lorsque l'on efface un fichier celui ci n'est en fait pas effacé du disque mais les repères qui lui sont alloués dans la MFT sont rendus disponibles pour d'autres écritures.

Ainsi avec des logiciels spécialisés et sous réserve qu'il n'y ait pas eu trop d'écriture sur le disque depuis la perte de donnée, on peut aller récupérer les fragments du fichier et le reconstituer.

Ceci est réalisable quelque soit le support (clé, carte, Disque) lorsque la méthode d'écriture est conforme à celle décrite ci dessus. Majoritairement cette méthode s'applique aux logiciels windows et leurs accessoires.

IMAD52 peut effectuer les tentatives de récupération de données lorsque le support est viable (pas de destruction mécanique) et que celui ci n'a pas été trop utilisé depuis l'effacement ou la perte des données.

voir tarif ici

 

 

 

Sources diverses internet